Chronique | Le goût amer de l’abîme de Neal Shusterman

Le-gout-amer-de-l-abime

Résumé : Caden est un adolescent de quinze ans ordinaire, qui s’intéresse à l’athlétisme et aux jeux vidéo. Pourtant, il adopte un comportement de plus en plus étrange aux yeux de ses parents : il marche seul et pieds nus dans les rues, craint que ses camarades de classe ne veuillent le tuer… Dans son esprit, Caden est devenu le passager d’un navire voguant sur des mers déchaînées.
Lorsque cela devient trop difficile pour lui de garder le contact avec la réalité, ses parents doivent l’interner en asile psychiatrique. Commence pour le jeune homme un long voyage qui doit le mener au plus profond des abysses, au risque de s’y noyer…
Inspiré d’une histoire vraie, un roman d’une justesse incroyable sur les maladies mentales.


Titre : Le goût amer de l’abîme                                                        Pages : 400

Auteur :  Neal Shusterman                                Thème : Maladies mentales – Hallucinations

Edition : Nathan                                Genre : Young adult


Lorsque j’ai lu le résumé, ce roman m’a tout de suite tapé dans l’oeil. Cependant, après l’avoir reçu, j’étais un peu « réticente » à l’idée de le commencer, vu les avis que j’avais entendu. Les avis n’étaient pas mauvais, mais tout le monde disait que le livre était très spécial. Et c’est vraiment le cas !

Dans cette histoire, nous suivons Caden Bosch qui est un adolescent ordinaire, avec sa vie au lycée, et ses petites histoires de familles. Mais dans sa tête, il est aussi à bord d’un bateau, voguant à travers les océans… Nous allons donc le suivre à travers sa vie quotidienne, mais aussi ses hallucinations, qui vont vite se mélanger. Et Caden lui-même, va se perdre au fond de ces abysses…

Je confirme tous les avis que j’ai pu lire, il s’agit d’un roman spécial, qui ne plaira pas à tout le monde. J’ai eu du mal à entrer dans l’histoire au début du roman, mais au fur et à mesure, on comprend où l’auteur nous emmène, et la lecture se fait plus facile.

Le personnage de Caden est très touchant. Nous comprenons au fil du temps, qu’il est atteint d’une maladie mentale qui le touche, et qui affecte sa perception de la vie. C’est évidemment très déroutant, mais cela nous permet également de comprendre ce que certaines personnes de la vie ressentent, et vivent chaque jour.

Ce qui est d’autant plus touchant, c’est que c’est inspiré d’une histoire vrai, celle de son fils. Je pense que ce qui m’a particulièrement émue, c’est la note de l’auteur à la fin, qui est tellement touchante. On sent que c’est une bonne personne, un petit ange !

Je pense que l’auteur a fait beaucoup de parallèles et métaphores entre les hallucinations et sa vie réelle, mais je pense que je suis passée complètement à côté de l’information !

En résumé, c’est un roman qui ne plaira pas à tout le monde, mais qui est très beau et touchant ! ♥

NOTE : ⭐⭐⭐/5

Publicités

3 réflexions sur “Chronique | Le goût amer de l’abîme de Neal Shusterman

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s